Traiter l’oïdium et la verticilliose du jardin

On compte différents types de maladies du jardin. L’oïdium et la verticilliose sont deux maladies courantes du jardin. Si vous avez un jardin, vous avez besoin de savoir comment venir à bout de celles-ci.

Traitement de l’oïdium

L’oïdium ou blanc, est une maladie cryptogamique, un champignon microscopique. Avant de traiter cette maladie, il convient de la diagnostiquer en reconnaissant les symptômes : un feutrage blanc qui peut s’étendre sur toutes les feuilles des plantes de votre jardin (rosier, ou les légumes du potager, suivi d’une déformation et d’un dessèchement. Le feutrage s’étend par la suite sur toutes les parties de la plante si la maladie n’est pas traitée. Au bout de quelques jours, la plante peut mourir ou bien la croissance de ses fruits cesse. Pour traiter cette maladie, il vous faut recourir à différentes solutions : des fongicides de synthèse, du souffre, de l’eau de javel, une décoction de prêle, etc. Il est possible de prévenir cette maladie et d’empêcher qu’elle s’étende en prenant des mesures simples : supprimer rapidement les plantes infectées, plantez les végétaux les espaçant, nettoyez régulièrement les périphériques, etc.

Traitement de la verticilliose

La verticilliose est aussi une maladie cryptogamique des plantes, une sorte de champignon qui contamine votre jardin. Comment venir à bout de celle-ci ? Avant de découvrir comment la traiter, il convient de connaître ses symptômes. Cette maladie, appelée aussi flétrissure verticillienne, apparaît généralement en printemps. Les champignons responsables (Verticillium Dalhiae) envahissent les plantes en partant des racines. Leurs spores arrivent à survivre pendant des années dans le sol du jardin et peuvent ainsi contaminer toutes les plantes de votre jardin et les légumes du potager, ainsi que les arbres fruitiers. Les feuilles contaminées deviennent molles et jaunissent, elles peuvent devenir sèches et flétrir rapidement. Le premier geste à faire est de supprimer les végétaux envahis et de les brûler, en n’oubliant pas d’enlever la terre sur lesquels ils se trouvaient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *